+33 (0)6 80 72 31 75

Le soleil est rentré en Sagittaire depuis le 21 novembre. Nous pouvons ressentir le besoin de nous poser et de poser aux autres des questions existentielles sur le sens de la vie. La vibration du sagittaire est celle de la recherche d’authenticité et de vérité. Cette période invite à l’exploration, à l’intérieur et à l’extérieur, qui permet la reconnexion à soi.

Cette période est aussi celle de l’archétype de la Femme Sage, celle qui sait.

Enracinée et stable, la Femme Sage connait les cycles de la vie et des saisons. Elle avance sur son chemin, calme et tranquille, dépouillée de ce qui n’est pas nécessaire. Son expérience lui confère sa souveraineté personnelle qu’elle n’a pas besoin de revendiquer car elle connait son centre. La sagesse acquise lui permet de s’incarner davantage dans son corps, son cœur et son âme.

La Femme Sage est autonome et libre. Sa voix est authentique Elle a appris à traverser la vie avec élégance et humour. Elle connait les bienfaits de la lenteur et du silence. Vous la rencontrez en ralentissant et en écoutant attentivement l’immobilité de l’hiver.

C’est une fois cette sagesse acquise que, le mois prochain, dans la saison du Capricorne apparait l’archétype de la Sage Femme, celle qui accompagne la renaissance et la mise au monde de vos rêves.

Je n’ai pas la prétention d’être une Femme Sage mais je reconnais m’être engagée pleinement sur ce chemin de sagesse en répondant à l’appel de vibrer qui je suis.

Je réalise qu’il faut du courage, de la détermination et un certain niveau de confiance dans ma vulnérabilité pour pouvoir désormais dire : « voici qui je suis, voici qui je sais être dans ma vérité présente, voici la Vie que je suis appelée à vivre et voici mon chemin ». 

Pour pouvoir accompagner les autres sur leur chemin de guérison et de réalisation, j’ai eu besoin d’effectuer le chemin pour moi-même au préalable. Lorsque je regarde mon passé, je le considère comme une série d’initiations qui m’ont permis de grandir dans l’amour et d’accéder à mes capacités de guérison.

C’est cette conscience qui m’a fait évoluer d’une approche concrète de la santé par le médicament à une approche globale, replaçant l’individu au centre de sa réalité et lui redonnant le pouvoir de sa guérison. Le remède extérieur qui vise uniquement à soigner est une négation du Soi. Le remède en Soi permet véritablement de guérir, c’est-à-dire de prendre de la vigueur.

Aujourd’hui, j’ai envie de vous partager sans filtre 9 éléments de ma médecine au travers des compréhensions que j’ai eues sur le chemin de la Sage Femme Sage.

 

1. Je suis

J’ai grandi avec la croyance que je ne suis pas assez, et cela m’a amenée à toujours faire plus pour tenter de faire mieux.

D’autre part, je ne voulais surtout pas tomber dans l’ego spirituel. J’aspirais à être véritablement au service avec dévotion et justesse, amour et vérité, rigueur et compassion.

Paradoxalement, j’étais convaincue qu’il y avait au fond de moi un monde sans limite, dans lequel la notion de « pas assez ou trop » n’existe pas.

C’est le chemin que j’ai entrepris, au cœur de moi-même pour accéder progressivement à un espace total. Dans cet espace, c’est ainsi, JE SUIS, sans notion de trop ou pas assez.

2. Je m’accompagne

J’ai pu me sentir abandonnée par certaines personnes et d’autres ont pu se sentir abandonnées par moi.

J’ai compris que certaines rencontres font partie de mon histoire mais pas de ma destinée et que l’important est de me choisir et de ne pas m’abandonner moi-même.

J’ai dépassé mes craintes au sujet de ce que les autres peuvent dire et l’habitude de me conformer à ce qui est attendu. J’ai répondu à l’appel de mon âme et je m’accompagne pour œuvrer à la concrétisation de mes aspirations profondes.

J’ai cultivé la capacité à me connecter à mon corps et à être dans l’intimité avec ma Vocation Sacrée et la connaissance de mon Génie Intérieur pour plonger dans l’inconnu.

J’avance avec patience et détermination, confiance et persévérance, dans la gratitude de là où j’en suis et portée par l’émerveillement de là où je vais.

3. Je me dévoue

Ma quête est celle d’embrasser pleinement qui je suis et d’établir la cohérence entre mes pensées, mes paroles et mes actions. Il s’agit d’honorer l’énergie de Vie qui coule en moi et s’exprime de manière unique.

Lorsque j’ai connecté à ma flamme intérieure, je me suis appliquée à en prendre soin. Sa lumière me guide, passionnément et consciemment vers ma vérité et la réalisation de mes désirs les plus profonds.

Le chemin n’est pas linéaire, il est pavé de doutes et j’ai parfois l’impression que la lumière s’obscurcit voire que je l’ai perdue. Lorsque je trébuche, lorsque je tombe, je me rappelle que la Vie est un chemin de dévotion. Et ainsi je retrouve l’ardeur de ma flamme, je reprends mon bâton de pèlerin et je me redresse dans l’alignement de la sagesse divine.

4. Je me réjouis

Le jour où j’ai compris qu’une femme épanouie est une femme orgasmique, j’ai intégré la dimension extatique de la Vie dans ma manière de vivre.

C’est cette dimension qui me permet d’être émerveillée par la magnificence que la Vie nous offre.

La puissance de l’océan, la beauté des forêts en automne, la délicatesse d’un pétale de rose, la caresse du vent sur mon visage, la sensualité de la toile, la générosité de l’odeur du mimosa, la tendresse d’un baiser de ma fille, l’immensité de l’amour partagé avec mon amoureux,… tout cela est l’expression de l’essence de la Vie.

La relation érotique à mon corps et à la Vie me permet d’accéder à la Grâce.

« Aimer, c’est se réjouir ». Aimer la Vie, c’est jouir de la Vie. Pour accéder à cette jouissance véritable, il est nécessaire de sortir de millénaires de conditionnements erronés en lien avec la sexualité.

L’énergie sexuelle et créatrice est la force qui active et fait circuler l’inspiration de la Vie en chacun.e de nous et en tout ce qui est. L’accueillir et la reconnaître comme telle permet d’inviter le plaisir dans sa vie, de se sentir véritablement vivant et vibrant, de s’ouvrir au champ d’exploration infinie du ressenti et de la pleine présence à soi et à ce qui est.

5. Je me libère

Avant d’être dans une relation d’amour à moi et à la vie qui me permet de déployer la radiance de qui je suis, j’ai dû me libérer de schémas d’abus, de contraintes sociales, de conditionnements familiaux et éducationnels.

Certaines blessures ou chocs émotionnels ont brisé le lien entre ma personnalité et mon âme. A l’image du kintsugi, terme japonais désignant l’art de réparer de la porcelaine brisée avec une laque recouverte de poudre d’or, j’ai progressivement récupéré mon intégrité.

Le sens de l’existence actuelle sur la Planète est selon moi celui de vivre totalement incarné.e.s dans notre corps physique comme un canal d’ascension de conscience. C’est par mon corps que je me libère et que je guéris. J’équilibre cette guérison entre grandir par la libération de la souffrance et croître par le déploiement du plaisir.

6. Je me relie

La relation à moi-même, à la Vie et à l’autre n’est pas une succession de moments automatiques. Je la considère comme une proposition sacrée.

J’aime les rituels et les espaces sacrés. C’est ma manière de vivre, autant que faire se peut, en conscience, chaque instant. Cela n’est pas toujours le cas, je me laisse dévier de mon centre, mais je m’y applique.

Certains moments sont en apparence simples comme la manière de me réveiller, de préparer le déjeuner, de prendre soin de mon corps, d’accompagner ma fille à l’école, de me recentrer avant de recevoir une cliente, d’accueillir mon amoureux,…

D’autres sont absorbés de joie comme les moments d’échanges inspirés, de contemplation, création,…

D’autres moments sont complexes comme les périodes de flou, d’incompréhension et d’insatisfaction, les souffrances physiques, émotionnelles et psychologiques, les rencontres avec l’obscurité,…

La relation authentique à soi, à la Vie et à l’autre me permet d’accueillir ce qui est, de découvrir des parties de moi, certaines que je ne savais même pas qu’elles avaient souffert, et de me laisser la possibilité de me guérir et de fleurir.

La relation authentique est le chemin qui permet de se rencontrer véritablement soi-même. C’est l’invitation du cœur à s’ouvrir et la sécurité d’un engagement total à l’amour qui rendent l’épanouissement vraiment possible.

7. Je me créé

J’ai aussi conscience que je suis créatrice de chaque instant présent.

A l’image d’une peinture sur la toile, je peux choisir de la continuer, de la rectifier ou de la recréer.

Je sais que pour manifester la réalité que je souhaite, j’ai à m’aligner à la fréquence de cette réalité et qu’elle finira par prendre forme dans la matière.

Je sais aussi que lorsque je ne rentre plus en résonance avec une problématique, la problématique disparait.

C’est une voie d’évolution au quotidien, ici et maintenant.

8. Je me positionne

Je mesure mon évolution dans ma capacité à dire non. Dire non, c’est m’accueillir dans la vérité pleine et entière de qui je suis. C’est poser ma limite et prendre ma juste place. Dire non est le plus beau des oui, car c’est savoir respecter l’harmonie de mon corps, cœur, âme, esprit.

Je considère que la véritable richesse consiste à ressentir l’abondance dans mes différentes catégories de vie. C’est une question de choix et de responsabilité.

Pour accueillir l’abondance dans ma vie, j’ai compris qu’il est nécessaire de reconnaître mes limites, de les respecter moi-même et de les faire respecter par les autres. C’est par mes expériences que j’ai appris à me connaître suffisamment et à repérer mes limites. Selon les situations, je peux choisir de les dépasser ou non.

Par extension, l’argent est la matérialisation du liquide qui prend la forme de notre contenant, c’est-à-dire de nos limites. Pour solidifier le contenant, il est nécessaire de poser ses limites dans la relation à soi et aux autres. Pour élargir le contenant, il est utile de dépasser ses propres limites.

9. J’aime

J’ai pris l’engagement d’aimer la Vie, de l’aimer inconditionnellement.

Je sais qu’au travers des expériences qu’elle m’offre, la Vie me permet d’effectuer les apprentissages pour grandir dans l’amour de moi-même et des autres.

Même si je me suis tourmentée, malmenée, désespérée, écorchée,… je choisis la voie de l’amour.

Je fais confiance à ma guidance intérieure même si cela me conduit à faire des choix qui pourraient sembler insensés. Lorsque j’écoute mon cœur, même si la logique est perdue, je sais que j’en comprendrai un jour le sens.

Nous sommes tellement habitués à compter sur la logique. Depuis l’enfance, on nous enseigne que nous devons comprendre, que les bonnes choses sont celles qui ont du sens. Cela n’est vrai que dans une certaine mesure. Au niveau du mental, la compréhension rend les choses plus prévisibles mais la logique seule ralentit et limite.

Nous ne pouvons pas comprendre de façon logique le processus de transformation et d’expansion, car il se déroule à une vitesse beaucoup plus rapide et à une fréquence beaucoup plus élevée.

Je choisis de m’abandonner au courant de la Vie qui me remplit d’émotion et de Grâce, je me laisse submerger par les vagues d’Amour qui me traversent et je fais confiance à la Gravité de la matière pour garder le cap sur ma destinée.

Oser aimer active des miracles.

L’Amour est l’énergie de l’expansion.

Il n’y a pas de limite à l’Amour.

Véronique

Les œuvres présentées sont la propriété de Victory Arts.

Stellar Blue – Effervescence – Dynamic – Allegory – Deep Rise – Radiance – Eternal – Goldy – Gravity

Inspirez d'autres personnes en partageant cet article !