+33 (0)6 80 72 31 75

Des conflits à la réconciliation est une invitation à porter un autre regard sur les situations conflictuelles afin de ne pas rester bloqué et d’avancer sur le chemin de l’amour.

Chacun.e souhaite vivre en paix et heureux et déplore les situations conflictuelles. Pourtant force est de constater que des dizaines de pays sont en guerre, des centaines de communautés s’affrontent, des milliers d’entreprises doivent gérer des situations relationnelles compliquées, des millions de familles se déchirent, des milliards d’individus souffrent.

C’est pour libérer les humains de la souffrance que le Bouddha originel, Shakyamuni  a enseigné la vérité profonde et lumineuse des 4 Nobles Vérités qui constituent l’enseignement fondamental du bouddhisme. Ayant baigné un temps de ma vie dans cet enseignement, j’ai rédigé un article à ce sujet (Les 4 Nobles Vérités).

Dans le présent article, je vous partage ma compréhension du sens des conflits et une inspiration consciente pour accéder à la réconciliation.

1. La voie de la Vérité

La voie de la vérité est un chemin exigeant qui demande la pratique de la présence à soi à chaque instant.

Il m’arrive encore de me retrouver prise dans des conflits alors que je n’ai pas l’intention d’en créer.

Je n’aime pas les conflits, mais je n’en n’ai plus peur car chaque conflit me montre là où j’en suis sur le chemin de l’amour – sagesse.

Je réalise mon évolution en ce sens. Il y a de nombreux domaines où je n’ai plus besoin du conflit pour comprendre ma vérité et être dans l’amour. Il y a d’autres situations où je me laisse encore prendre, parce que j’ai encore à comprendre.

2. L’origine des conflits

J’ai conscience que les conflits d’aujourd’hui trouvent leur cause dans le passé. Lors d’un conflit, j’effectue le travail d’introspection pour remonter à l’origine, comprendre l’endroit qui a été touché en moi, les facteurs mentaux perturbateurs et les attachements qui se sont réactivés,… je prends soin de mon enfant intérieur et je retrouve la mémoire de l’expérience karmique qui a créé cette empreinte. C’est par l’expérience conflictuelle que je peux voir ce qui a encore besoin d’être pacifié en moi.

3.  Le pardon

Je fais de plus en plus en conscience l’expérience des conflits comme un chemin d’humilité qui permet la réconciliation de soi.

J’ai vraiment compris par mon ressenti que la résolution des conflits est atteinte par le pardon (à la situation, à l’autre et à soi), c’est-à-dire le don plein et entier de soi. C’est lorsque je comprends en mon âme et conscience, et que je m’abandonne totalement à l’amour en déposant les armes de l’ego, que l’espace conflictuel en moi se dissout et que le conflit disparait car il n’a alors plus lieu d’être.

L’ego qui cogne a de moins en moins sa place lorsque j’accède plus profondément à ma nature véritable.

Je suis dans le duel de la dualité lorsque je suis prise dans l’expérience conflictuelle. J’en sors en atteignant la neutralité lorsque je suis réconciliée avec la globalité de l’expérience.

Chaque compréhension me permet de prendre de la hauteur, d’observer à partir d’un point de vue moins personnel et de grandir en conscience.

La Vérité vient du cœur et non du mental.

4. Le rôle du mental

Nous sommes les héros de notre vie, venus expérimenter des situations pour accéder à qui nous sommes venus être.

A chaque étape, il y a un environnement, des personnages, des paramètres, des expériences à vivre, des apprentissages à intégrer.

L’âme est le programme vibratoire de notre vie. Elle détient la clé qui nous permet d’accéder à chaque nouvelle étape. Le corps permet de faire l’expérience. Le mental permet de structurer et organiser l’expérience.

Le mental a pris le contrôle de l’individu. Or le mental agit toujours selon un référentiel passé. Le mental nous empêche de vivre pleinement l’instant présent et d’accueillir chaque interaction que nous avons avec la vie et les autres, comme elles se présentent et dans une neutralité sans jugement.

Le mental est donc un frein à l’évolution et l’épanouissement. Le mental est le filtre analytique des informations que nous recevons. Le mental met le doute et bloque l’ouverture du cœur.

L’idée n’est pas de condamner le mental mais de mettre le mental au service de notre cœur et de faire confiance au plan que notre âme a pour nous. Car notre âme souhaite que nous exprimions qui nous sommes vraiment et que nous vivions ce que nous avons à vivre. Alors notre vie devient la réalisation de notre âme, en lien avec notre essence véritable et non pas selon des programmations conditionnées.

5. Le sens des conflits

Chaque situation de notre vie apporte les plaisirs et les souffrances de la matière. Plaisirs et souffrances ne sont pas à rechercher car ils sont porteurs de l’un et de l’autre. Mais nous ne pouvons pas ne pas les vivre.

Chaque conflit est une interaction avec une personne ou une situation, qui crée une contraction et permet d’accéder à la co-naissance, la renaissance par une meilleure connaissance de soi.

La véritable résolution d’un conflit ne se situe pas dans la rivalité mais dans l’accès à une compréhension plus juste et se ressent dans la fluidité, c’est à dire la libre circulation de l’amour.

Nous n’avons rien à prouver. Nous avons à éprouver les expériences de la Vie pour nous approcher de la Vérité.

Nous n’avons personne à convaincre. Nous avons à vaincre la part en nous (mental et ego) qui cherche encore cela.

Il est sage d’aspirer à vivre ce qui est et à prendre chaque situation comme une mise à l’épreuve. La Vie devient un Art, celui de l’Amour qui Rectifie et Transforme.

    6. Le sens de l’Amour

    Je ressens aujourd’hui que l’Amour est un état d’Être. C’est le Ciel de ma Conscience. Et dans ce Ciel, il y a du soleil, des nuages, de la pluie et des tempêtes, des étoiles et la nuit, des arcs-en-ciel et tout ce qui y vit. J’intègre que je suis le Ciel, j’accueille l’impermanente vérité de ce qui s’y passe car je connais la Vérité de qui je suis.

    Je comprends qu’être dans l’Amour, c’est aussi accepter de ne pas y être. Je sors ainsi de la dualité créée par la notion d’amour inconditionnel qui implique l’existence d’un amour conditionnel et d’un amour inconditionnel.

    Je réalise qu’aimer véritablement, c’est accueillir l’Amour sous toutes ses formes, celle d’aimer et d’être aimée, de ne pas être aimée, d’être critiquée, incomprise, rejetée, humiliée, dominée, valorisée… car alors je peux sortir des illusions et voir l’énergie de l’amour derrière la forme.

    A chaque évolution en conscience, nous sommes soumis au feu purificateur de l’Amour et nous nous libérons de la gravité de la condition humaine pour déployer notre lumière et témoigner de la grandeur du Divin qui s’exprime en tout.

     

    Dans l’Amour infini, la réponse est l’Amour.

    Véronique

    Inspirez d'autres personnes en partageant cet article !