+33 (0)6 80 72 31 75

Voici une réflexion au sujet des peurs :

 

Dissoudre ses peurs, c’est accepter de se confronter à sa plus grande souffrance, de se retrouver dans son ombre, face au néant, sombrant dans un abime immense dans lequel nos cris résonnent sur les parois mentales que nous nous sommes nous-même construites pour nous protéger de façon illusoire d’une réalité perçue comme angoissante ou du moins limitante.

Le processus implique de se retrouver dans cette zone d’ombre immense, seul face au néant, sans que personne ne puisse nous entendre, recevoir l’écho de notre propre souffrance et alors se sentir pris au piège de soi-même. Boîte noire de laquelle on ne peut sortir qu’après avoir suffisamment tourné jusqu’à éprouver un vide abyssal. Profondeurs où il n’y a plus rien. Silence total. Notre propre errance est un mouvement chaotique qui tape de plus en plus fort dans notre tête et fait vibrer notre corps dans un état de mal absolu jusqu’à ce qu’on accueille enfin qu’au-delà de cette souffrance à laquelle on s’accroche parce qu’on a peur de se confronter au vide, au néant, il y a la Lumière.

Lâcher prise, baisser les armes, ne plus émettre de résistance et dans un dernier souffle lever les voiles. Alors seulement la Lumière peut jaillir.

On passe ainsi d’un état à un autre avec la sensation d’avoir survécu et de renaître. Après avoir plongé au plus profond de l’océan de nos terreurs, reposer le pied sur le sable chaud de la vie, se relever droit et sentir le soleil nous illuminer de ses rayons et nous apporter la douceur dont nous avons besoin. Et avancer encore plus fort.

Dans un océan noir et sombre, nous sommes seuls face à nous-même, confrontés à nos pires démons. Nous pouvons en sortir après avoir suffisamment travaillé et accepté de revoir la Lumière et d’être la Lumière.

 

Nous avons tous peur du vide. A quoi s’accrocher ?

Qu’y-a-t-il au bout du bout du bout, lorsqu’il n’y a plus rien ?

Lorsqu’il n’y a plus rien, il y a justement Tout.

Le principe unique de Vie, l’énergie d’Amour, la Lumière peut alors circuler car lorsqu’il n’y a plus rien, il n’y a alors plus rien qui fait obstacle à cette Lumière.

Nous pouvons alors devenir Tout. Se sentir faire partie du Tout et le Tout faire partie de nous.

Lorsqu’on accepte de n’être plus rien soi-même, de s’en remettre complètement à l’Univers, d’en être le disciple et ainsi de participer au Grand Œuvre, on n’est rien et pourtant on est Tout.

 

N’être rien en tant qu’individu, mais être Tout dans cette alchimie sublime du Monde.

 

Victory

Inspirez d'autres personnes en partageant cet article !